Rando Vidéo Solo

Les plaisirs de la nature en solitaire

Les Bienfaits Psychologiques

Se sentir bien dans sa tête

 

Retrouvez votre équilibre psychologique.

Pour la plupart d’entre nous, que ce soit personnel ou professionnel, notre mode de vie nous impose des contraintes et des obligations.
De la sonnerie du réveil à l’heure du coucher, nos journées sont calculées et planifiées dans les moindres détails.
Votre liste de tâches déborde : passer au pressing, payer la facture d’électricité, un rapport à finir « pour hier », …inscrire votre fille à la danse….Vous êtes pris à la gorge.
A vouloir tout faire en même temps vous ne finissez rien. Vous avez tellement de choses en tête que vous avez la sensation qu’elle va exploser.
Vous devenez moins productif. Vous n’avez le temps de rien et encore moins de prendre soin de vous. Arrêtez de vous battre contre cette masse de travail qui vous sature l’esprit.

Vos capacités intellectuelles sont réduites à une seule case « à faire ». Mais qu’en est-il de votre pouvoir de réflexion de vos envies ou de vos rêves ?
Pris dans le tourbillon des habitudes vous êtes aujourd’hui privé de votre liberté de penser.
Stop ! Arrêtez de subir cette pression cérébrale et redevenez vous-même.

Si je vous disais qu’il est possible, pour quelques heures ou quelques jours d’être totalement libre. Libre de vos horaires, de vos paroles, de vos actes, de vos pensées….libre tout simplement.
Laissez votre liste de tâches sur la porte du frigo. Lâchez prise et profitez d’une sortie en solitaire pour vous recentrer sur vous-même. Sauvez-vous ! Évadez-vous de cette prison intellectuelle.
Prenez le temps de ne plus penser. Concentrez-vous sur un objet, un monument, un lac… admirez-le.
Vous êtes seul(e) au milieu de décors immenses, comment vous sentez-vous ? Petit me direz-vous ! Oui, mais surtout en paix. Faites la paix avec vous-même.

A votre retour la liste n’aura pas bougé, mais vous oui. Une nouvelle motivation va naître en vous et vous serez capable d’abattre en quelques heures le travail que vous n’arrivez pas à effectuer depuis des mois.
N’agissez plus sous contrôle de la société qui vous entoure.

« Reprenez le contrôle. Libérez-vous ! »

Redécouvrir ses propres sens

Le corps humain est doté de 5 organes de perception que l’on nomme les 5 sens.
De quelle façon percevons nous le monde qui nous entoure au quotidien ?

Que touchons nous ? Du papier, la coque de notre smartphone, la souris de l’ordinateur ou le métal d’une carrosserie automobile… ce sont des matières planes, lisses et froides.
Que sentons nous ? La friture des fast-food, le « ferodo » des transports en commun, la pollution… tout ceci est plutôt désagréable voire néfaste.
Notre goût ? Notre quotidien est agrémenté de surgelés, de sodas, de sandwichs… des aliments souvent fades, artificiels et sans saveur que l’on apprécie qu’à moitié.
Qu’entendons nous ? Les klaxons des centres villes, les cris des enfants, la « quincaphonie » des foules, les sonneries et autres notifications des smartphones… en somme, des sons plutôt agressifs et désagréables.
Que voyons nous ? La plupart du temps nous regardons ce qui se trouve juste devant nous (un écran ou notre assiette), au mieux nous regardons à quelques dizaines de mètres (lorsque nous conduisons). Combien d’entre nous se déplacent en regardant ses propres pieds ? Au quotidien notre vision se trouve réduite à un champ horizontal minimum.

Nos sens se trouvent donc limités et nous servent à percevoir des choses essentiellement désagréables voire néfastes.

Comment utiliser nos sens au maximum de leurs possibilités ?
En percevant la nature.
Touchez les arbres, la pierre, des matières rugueuses et irrégulières, sentir le froid et l’humidité. Touchez du relief.
Sentir la nature c’est : l’odeur de l’herbe coupée, des sapins, des fleurs ou du bois débité. Des odeurs agréables et apaisantes.
Appréciez le goût des aliments simples, des fruits comestibles, les mures sauvages, les noix ou les noisettes. Des aliments sans ajouts chimiques et plein de saveur.
Écoutez l’écoulement de l’eau sur la roche, le crissement du vent dans les arbres, les pas d’animaux… des sons non agressifs pour l’oreille et relaxants.
Levez ou baissez les yeux pour admirer le sommet d’une montagne, la cime des arbres ou la plaine en bas de la colline. Regardez ce qui vous entoure, non plus uniquement à l’horizontal mais aussi à la verticale.
Observez des paysages qui s’étendent sur des kilomètres « à perte de vue ».

Ne vous contentez plus des sensations désagréables. Agrandissez votre espace de perception, ajoutez de la distance et du relief à votre existence.

 

« Percevez le monde qui vous entoure en 3 dimensions. »

Apprenez à mieux vous connaître

 

De par l’éducation, l’apprentissage et l’environnement social, chaque individu possède un caractère qui lui est propre.
Vous êtes plutôt prudent, méthodique, tête brûlé, étourdi …
Vous avez peut être de mauvaises habitudes : tout laisser traîner, reporter vos tâches au lendemain… Vous avez des défauts (on en a tous), vous êtes impatient, maladroit, jaloux, colérique, égocentrique…
Mais vous avez aussi certaines qualités et aptitudes : vous êtes curieux, ambitieux, modeste, dynamique, vous avez le goût de la découverte, vous aimez développer vos connaissances, vous êtes autodidacte…
Vous avez aussi des valeurs, des choses qui pour vous sont d’une importance capitale comme peut-être l’argent, le partage, la connaissance, le respect ou l’altruisme.

On ne se connaît jamais vraiment.

L ‘activité physique en solitaire va vous obliger à vous remettre en question, à modifier votre comportement, à devenir plus organisé, moins étourdi, plus concentré, plus à l’écoute de vous même…
A l’abri du regard des autres, vous découvrirez en vous des qualités cachées et insoupçonnées de tous, y compris de vous-même. Vous apprendrez à réfléchir et à regarder le monde autrement.
La solitude vous donnera la liberté de faire de nouvelles expériences, de réussir ou d’échouer sans aucune influence extérieure (famille, amis, collègues…). Sans jugement ni médaille.
Vous développerez ainsi vos capacités. Qu’elles soient physiques ou intellectuelles vous prendrez enfin conscience de l’ensemble de vos forces et de vos faiblesses.

« Se connaître c’est être conscient de ses réelles capacités. »

Repousser ses peurs et ses limites

 

Partir seul(e) dans la nature vous oblige par définition à revenir seul(e). Cela signifie que vous devez impérativement arriver au bout. Quel que soit l’objectif fixé vous devez vous donner les moyens de l’atteindre. Il n’est pas question de vous arrêter au milieu de votre aventure. Vous avez toujours la possibilité de faire demi-tour, mais là, c’est votre ego qui va en prendre un coup.

Pour atteindre votre objectif vous serez parfois confronté à des situations plus ou moins difficiles ou déplaisantes. Quelle sera votre réaction ?

On a tous des peurs ou des phobies (le vide, les araignées, l’eau, les bruits inconnus….) auxquels il est relativement facile de se soustraire dans notre vie quotidienne. En effet, il suffit de changer de pièce pour ne pas voir l’araignée, de regagner le bord de la piscine pour ne pas tomber dans l’eau, de prendre un autre chemin pour éviter le vide sous nos pieds…etc.
Dans la nature les choses sont un peu différentes, le petit pont de bois situé à 25 m au dessus du vide est parfois le seul chemin possible. Vous ne pouvez pas non plus appuyer sur le bouton de la télécommande pour couper le son de ces bruits d’animaux qui vous sont totalement inconnus et paraissent peu rassurant.

Sachez tout de même que tout être humain possède un énorme pouvoir d’adaptation. Une fois poussé dans ses retranchements et lorsqu’il n’a pas d’autres choix, l’être humain est capable de réaliser l’impossible. C’est ce que l’on appelle l’instinct de survie.
En randonnée, il n’est évidemment pas question de jouer avec sa propre vie en prenant des risques inconsidérés et inutiles. La cible à atteindre est tout simplement de se surpasser.
Personne ne se moquera ou ne vous jugera si au milieu du pont, vous vous mettez à trembler comme une feuille et à pleurer comme un bébé. Une fois de l’autre coté, vous saurez ce que vous venez d’accomplir. Ce qui peu paraître anodin pour les autres est peut-être un véritable exploit pour vous.
Chaque exploit de ce genre est en fait une manière d’affronter et de repousser vos propres peurs et vos propres limites.

De la même manière, vous serez ainsi capable de vaincre la fatigue, la faim, le froid, la peur ou encore la douleur en éliminant le facteur choix.
Chaque petit exploit réalisé vous rapprochera de votre objectif final et vous arriverez ainsi à la fin de votre randonnée heureux de ce que vous venez d’accomplir.
Conscient des efforts physiques et psychologiques dont vous avez fait preuve tout au long de votre parcours, vous en êtes d’autant plus satisfait.

En repoussant vos peurs et vos limites à chaque instant, faites de vos sorties une accumulation de petits exploits.

 

« Citius, altius, fortius* deviendra votre devise »

* trad. Lat : plus vite, plus haut, plus fort.
Devise des Jeux Olympiques modernes proposée par Pierre de Coubertin en 1984.

La maîtrise de soi

 

Au quotidien vous êtes enfermé dans une spirale, empreinte de domination et de manipulation. Vous êtes dirigé par une hiérarchie que vous devez écouter, respecter et à laquelle vous devez adhérer. Vous êtes également manipulé par des éléments extérieurs. La sonnerie du réveil contrôle le début de votre journée, les mails urgents qui envahissent votre écran perturbent votre concentration et les notifications de votre smartphone que vous vous empressez de lire contrôlent votre temps libre ; pire…vous en êtes esclave. On vous siffle, vous répondez c’est plus fort que vous. Et si c’était important : un rendez vous annulé, un problème avec les enfants, une information à ne pas rater…

Votre quotidien est dirigé par ce qui vous entoure. On vous dit quoi faire, quand le faire, quoi penser et vous n’avez même plus la possibilité de réfléchir par vous même. Vous êtes sous l’influence et sous contrôle de votre environnement où le credo pourrait être : «  Réfléchir c’est commencer à désobéir *».

Et vous ? Vous contrôlez quoi ? La maîtrise de soi c’est quoi ? C’est être le maître de soi. Le maître c’est celui que l’on écoute, celui que l’on respecte. Rappelez vous de votre maître

d’école. Se maîtriser soi-même c’est donc s’écouter et se respecter.

En randonnée solitaire personne ne vous influencera (à condition d’utiliser le mode avion de votre smartphone), personne ne vous jugera.
Dans la langue française, contrôler c’est maîtriser/dominer. Le rôle du « dominé » vous le jouez tous les jours, maintenant il est temps de devenir votre « mâle » dominant.
Prenez conscience de vos besoins et de vos envies. Faites vos propres choix : à droite ou à gauche, manger maintenant ou plus tard, buvez si vous avez soif…
Écoutez et ressentez votre corps : le froid, la chaleur, la douleur, l’apaisement, le bien-être…
On ne peut pas maîtriser ce que l’on ne comprend pas. Écoutez-vous, comprenez-vous, raisonnez, soyez logique. Ne fonctionnez plus comme un robot, réfléchissez par vous même, concentrez-vous sur un objectif, relativisez les difficultés…

En d’autres termes, retrouvez un équilibre psychologique. Maîtrisez votre temps, vos besoins, vos envies, laissez divaguer votre esprit et surprenez vous à rêver.

 

« Devenez votre propre maître. »

 

 

* Pour reprendre la phrase d’un collègue Hervé G.

Améliorer sa confiance en soi

 

Avoir confiance en soi ça veut dire quoi ? Ce n’est pas parce que l’on est capable de marcher la tête haute et le torse bombé que l’on a réellement confiance en soi. L’apparence extérieure que l’on donne aux autres est même souvent le reflet contraire de son fort intérieur.
Tous les jours vous faites confiance aux autres. A votre employeur pour qu’il verse votre salaire, à vos enfants pour qu’ils apprennent à l’école, à votre gouvernement pour assurer la sécurité de votre pays… mais à vous-même ?
Vous avez pour habitude de consulter vos amis ou votre famille avant de prendre une décision difficile. Vous avez toujours peur de faire les mauvais choix, peur du jugement des autres. Vous redoutez les réflexions du style « tu vois, je te l’avais dit ». Vous voudriez être comme elle, ou comme lui, celui ou celle à qui tout réussi. Vous voudriez fonder une entreprise, sauter en parachute …mais vous n’osez pas. Vous prétextez un manque de temps, trop de complications, vous n’y arriverez pas, vous n’en serez pas capable….Que de mauvaises excuses !

C’est juste le signe que vous manquez de confiance en vous.

Randonner en solitaire c’est s’obliger à choisir, à décider seul(e). C’est oser, apprendre, faire des erreurs et apprendre de ses erreurs dans le seul but d’atteindre l’objectif que l’on s’est fixé.
Pour atteindre cet objectif vous ne pourrez compter que sur deux choses : votre matériel et vous même .Vous n’aurez pas « l’appel à un ami » ni même « ok google ». En revanche, vous aurez préparé votre parcours et votre matériel méthodiquement. Vous aurez pris soin de choisir un objectif réalisable. Vous savez que vous êtes prêt. Vous avez confiance dans le matériel sélectionné il ne vous reste plus qu’à franchir le pas. Faites vous confiance.

Une fois votre objectif atteint vous réaliserez ce dont vous êtes réellement capable. A savoir avancer seul(e) en totale autonomie

dans un environnement inconnu. Imaginez le sentiment de fierté personnelle une fois en haut du sommet. Goûtez au sentiment de réussite et appréciez le. Apprenez à devenir votre meilleur ami. Devenez indépendant, devenez vous-même !

 

« N’essayez pas d’être quelqu’un d’autre, devenez celui ou celle que vous voulez être. »

smile Suggestion Webmaster:

Un livre détonnant. Un mode d’emploi du cerveau à lire sans prise de tête.

Idéal pour la période hivernale.

0 Partages
Partagez
+1
Tweetez