Rando Vidéo Solo
LES PLAISIRS DE LA RANDONNEE EN SOLITAIRE

Choisir Son Matériel de Randonnée

Avant propos

Après quelques randonnées effectuées avec le matériel de base, vous souhaiteriez maintenant pousser un peu plus l’aventure. Partir plus loin, plus longtemps, peu importe la météo annoncée, sur des terrains plus escarpés ou même pourquoi pas dormir dans la nature.
Pour cela il va falloir emporter du matériel supplémentaire et surtout adapter votre matériel à vos sorties, à vos choix et à vos envies.

question

comment choisir?

Vous avez sans doute déjà repérer certains produits : une magnifique veste dans le magasin de sport à coté de chez vous, une paire de chaussure noire et bleue (super votre couleur préférée), un couteau avec un beau logo orange… Mais ces produits sont chers et il vous faut encore le sac, la popote et tous les accessoires.

Par curiosité vous vous rendez au rayon randonnée de votre magasin de sport préféré et là vous êtes perdu entre les matelas, les sacs de couchage et les vêtements. Pas de panique !

Vous trouverez dans les pages qui suivent des suggestions matériels basées sur des expériences personnelles de randonneurs débutants et confirmés.
Ces différentes listes sont évidemment non exhaustives, n’ont pas la prétention d’être « absolues », mais simplement le point de départ d’une réflexion individuelle vous permettant d’établir votre « setup* » personnel le mieux adapté à votre pratique et également d’établir une liste de vos priorités d’investissement.

« Partez bien équipé. »

* Configuration

La tenue

En randonnée, on a besoin d’une tenue à la fois confortable, résistante (branches, sol..), légère, respirante et capable de sécher rapidement. Rien de pire que de marcher avec des vêtements mouillés et qui collent à la peau. (Ceci est également une excellente technique pour tomber malade).
Il va donc falloir trouver des vêtements réunissant un maximum de ces caractéristiques. Pour plus de facilité on peut classer les vêtements en 3 catégories : basique, pratique et confort.

Commençons par les « basiques » :

  • Les indispensables sous vêtements : ils doivent être en synthétique et confortables. Faites attention à l’emplacement des coutures, qui par frottements risquent de vous brûler. Pour les femmes, évitez les armatures et autres pièces métalliques ou plastiques qui finiront par vous blesser.

Tenue de randonnée

Tenue couche 1 et 2

  • Une 1ère couche : un tee-shirt technique adapté aux conditions de vos sorties (météo, température, altitude…). Vous évoluerez donc entre manches courtes et manches longues, tee-shirt léger ou au contraire plus épais et thermique.
    Le tarif de base pour un tee-shirt technique étant aux alentours des 5 €.
  • Une 2ème couche : celle que l’on appelle la couche chaude. Vous choisirez par exemple une chemise chaude, un polaire ou bien un pull en laine.Le polaire ayant l’avantage d’être plus léger que la laine. En revanche la laine à l’autre avantage de garder ses propriétés thermiques même mouillée.
    Attention également si vous faites un feu de camp, le polaire prend feu très rapidement au contact d’une braise.
    Comptez environ 30 € pour ce produit.

 

Les inconvénients du poncho

Poncho dans le vent

  • Une 3ème couche : la couche de protection. C’est elle qui vous protégera des éléments extérieurs (le vent, la pluie ou encore la neige). Vous choisirez donc une doudoune, une softshell, une veste de pluie ou bien un poncho en fonction des conditions climatiques. 

Le poncho à l’avantage de protéger aussi votre sac (à condition de choisir la bonne taille), en revanche par temps venteux il a une fâcheuse tendance à faire parachute.
Attention au poids (si votre veste se retrouve dans votre sac en cours de parcours) Comptez une dizaine d’euros pour un poncho, en revanche une veste de randonnée peut vous faire dépenser plus de 400€.

 

 

  • Maintenant que vous êtes équipé du cou à la taille il va vous falloir un pantalon.

Pantalons de randonnée

Pantalons de randonnée

Un pantalon, un corsaire, un short ou un pantalon combi short. Plusieurs solutions possibles, l’essentiel est encore une fois votre confort.

Préférez des matières légères à séchage rapide et réfléchissez également si vous avez besoin de poches sur votre pantalon. Si c’est le cas faites en sorte qu’elles ferment correctement (zip) cela vous évitera d’égarer du matériel. (il serait dommage de perdre les clés de votre véhicule).
Vous pouvez trouver un vêtement adapté relativement facilement pour environ 40 €.
En revanche si vous avez besoin d’un pantalon étanche type goretex* les tarifs vont monter beaucoup plus haut.

  • En randonnée le moteur c’est vos pieds, il va donc falloir leur apporter une attention toute particulière.
    L’humidité étant source d’ampoules vous devez impérativement garder vos pieds au sec. Certains peuvent marcher 25 km avec des chaussettes classiques sans aucun problème, mais si ce n’est pas votre cas dirigez vous vers des chaussettes sans coutures (pour éviter les échauffements), à la bonne taille et anti ampoule(s). Ce sont des chaussettes spécifiques à la randonnée et malheureusement elles ont un coût non négligeable. (A partir de 8 € la paire).
  • Voici venu le moment d’effectuer votre 1er gros investissement et sans doute le plus important : vos chaussures.
    Tout comme l’ensemble de votre matériel le choix de vos chaussures doit être adapté à vos besoins. Les critères déterminants seront donc établis en fonction de votre utilisation.
chaussure d marche pour la randonnée

Chaussures de randonnée

Les principaux critères sont :
– La taille : basse, mi haute ou haute
– Le poids des chaussures
– La souplesse : souple, semi rigide ou rigide
– La matière, hauteur et sculpture de la semelle
– Le pouvoir respirant : aérée, respirante, imperméable ou étanche

En règle générale on choisira une taille mi-haute ou haute afin de protéger les chevilles. La souplesse dépendra de votre cadence de marche (en fonction du déroulé de votre pied). Quant à la qualité de la semelle et le pouvoir respirant, ils seront choisis en fonction du type de terrains sur lesquels vous randonnez.
La fourchette de tarif pour les chaussures est extrêmement large (de 40 € à plus de 400 €)

Passons maintenant aux « pratiques » :

Vous avez maintenant l’essentiel de votre tenue. A tout cela nous allons ajouter quelques accessoires supplémentaires qui trouveront leur utilité en fonction des situations rencontrées.

accessoires tenue de randonnée

Les accessoires de la tenue

  • Une ceinture. Outre le fait de pouvoir maintenir votre pantalon une ceinture peut vous servir à attacher, maintenir, transporter ou suspendre du matériel.
  • Sachant que nous perdons 30 % de notre température corporelle par nos extrémités nous allons prévoir de quoi les protéger. Pour la tête on choisira un bonnet, une cagoule, tour de cou, casquette… Pour les mains nous prévoierons des mitaines ou des gants.
  • Et enfin…l’accessoire pratique numéro 1 par excellence : les bâtons de marche. N’en comprenant pas l’utilité en tant que débutant les bâtons de randonnée deviendront l’accessoire indispensable au fil de vos sorties. Ils sont d’une aide précieuse dans les montées et les descentes et deviennent rapidement vos meilleurs amis. Il existe différents modèles : fixes, télescopiques, 3 ou 4 brins. Les principales différences sont leur poids, leur résistance de pliure et d’amorti, et leur facilité de rangement.
    On en trouve à partir de 15 € (en modèle de base), inutile de s’en priver.

Nous finirons par les « conforts » :

Comme leur nom l’indique ce sont les accessoires qui, en fonction des conditions de votre sortie vont améliorer votre confort.
Dans cette catégorie on pourra trouver un minimum de vêtements de rechange : du simple tee-shirt /chaussettes à la tenue complète de rechange (surtout si vous bivouaquez).
On peut également y ajouter des lunettes de soleil, des manchettes, des guêtres, des crampons à neige ou encore des chaufferettes.

 

L’hygiène

Lorsque l’on parle randonnée l’hygiène n’est pas ce qui nous vient à l’esprit en premier. Pourtant un des risques les plus importants dans la nature c’est bien l’infection. Que ce soit par blessure, brûlure, coupure, piqûre ou encore morsure, le risque d’infection est présent en permanence, d’où l’importance d’être propre et de s’inspecter la peau régulièrement.

Dans le « jargon » de la randonnée on a pour habitude de classer le matériel par module. L’hygiène est un module à part entière. Ce module sera plus ou moins important en fonction de la durée de votre sortie.
Et tout le dilemme est là. Comment choisir entre presque rien et la moitié de la salle de bain ?

Voici une proposition :
Tout comme pour la tenue on va distinguer 3 catégories (basique, pratique et confort) .

Les basiques :

– De quoi nettoyer : du savon (biologique de préférence)
Il existe du savon biologique liquide multi-usage (corps/ vaisselle/ vêtements) ou bien du savon en feuilles. Vous avez aussi la solution simple de râper du savon de Marseille (le vrai) et de choisir votre quantité.
– De quoi s’essuyer/sécher : une petite serviette/torchon, des mouchoirs en papier et du papier toilette.
– Des petits sacs poubelle, bien utile pour servir de poubelle ou ranger le savon mouillé.
– Du gel hydroalcoolique en petite quantité (existe en fiole de 20 ml)

kit hygiène randonnée

module hygiène

Les pratiques :

– Une petite serviette ultra absorbante (bien plus pratique que le simple torchon) et sèche beaucoup plus vite.
– Une brosse à dents + dentifrice (kit de voyage)
– Anti moustiques (peut parfois devenir indispensable)
– Un stick à lèvre ou un petit tube de crème hydratante (le vent à tendance à dessécher la peau)

Les conforts :

 

– Un gant de toilette à usage unique

– Crème solaire
– Talc
– Nécessaire d’hygiène féminine
– Un petit kit de couture
– Des bouchons d’oreille (pour la nuit)
– Coupe ongle / lime à ongle

On prendra soin de ranger le tout dans un contenant étanche.

L’alimentation

Au delà des dépenses énergétiques inhérentes à la marche à pied, l’air de la nature donne faim. Il faut manger en randonnée.
Construire son module alimentaire n’est pas si simple et demande de la réflexion. Premièrement il dépendra de la durée de votre randonnée (juste le pique-nique de midi ou bien déjeuner(s), dîner(s) et petits déjeuner) et des conditions météo (la soupe chaude quand il fait 5° est très appréciée).
Deuxièmement, il dépendra de vos goûts et de vos envies. N’emportez pas des produits que vous n’aimez pas sous prétexte que c’est léger à transporter.
Toute la difficulté va donc être de trouver un compromis entre le poids, les apports énergétiques, les volumes et les prix.

Vous trouverez ci-dessous différentes suggestions :

1/ Les plats froids

– Le sandwich
– La salade
– Les conserves (attention c’est lourd et nécessite parfois l’ utilisation d’un ouvre boite si non munie d’un opercule)
– Les fromages (à pâte dure de préférence)

2/ Les plats chauds

– Les sachets lyophilisés (légers mais chers)
– La purée en poudre
– Les féculents (riz, pâtes, blé, semoule, lentilles…) à cuisson rapide de préférence
– Les nouilles chinoises
– Les soupes déshydratées

3/ Les assaisonnements

– Sel /poivre (sachets individuels)
– moutarde/ mayonnaise/ ketchup (stick individuel)
Objet pratique: porte clé assaisonnement

Astuce en vidéo: Transformer des pailles en sticks individuels (huile/vinaigre…)

4 / Les fibres

(choisissez les au blé complet ou aux 6 céréales pour un meilleur apport énergétique)
– Les toasts/pains grillés
– Les biscottes
– Les tortillas (léger, peu encombrant, moins fragile, facile à transporter)
– Crackers

alimentation randonnée 24h

module alimentation

5/ Les protéines

– Le bœuf séché
– Les saucisses sèches

6/ Les desserts et les encas

– Les barres de céréales classiques
– les power bar (hypercaloriques)
– Les trail mix (mélange de graines et de fruits secs) hypercalorique, de préférence à faire soi même en fonction de ses goûts.
Attention au chocolat ça fond
– Les compotes, crèmes dessert ou yaourts brassés en tube.
– Les fruits (banane, pomme, clémentine…)

7 / Les petits-déjeuners

– Boissons chaudes (thé , café ou chocolat en portion individuelle)
– Sucre blanc ou à la vanille (à la place du chocolat)
– Lait en poudre ou lait concentré sucré
– Confitures, miel, sirop d’érable (en sticks individuels)
– Mélange de céréales (type muesli)
– Semoule

8/ Les boissons

– Les boissons isotoniques (en poudre ou en gel)
– Les sirops aromatisés (en dosettes)

Sachez qu’il est également possible de cuisiner en randonnée (sur un camp). Dans ce cas vous pourrez emporter des pommes de terre, des oignons, des tomates…et même de la viande (l’astuce étant de la transporter congelée). En revanche, attention c’est lourd.

Afin d’avoir des idées supplémentaires il est intéressant de regarder comment sont conçus et organisés les  «   Ration de survie militaire armée française « 

Une fois la construction de votre module alimentaire achevée, choisissez un contenant étanche aux bonnes dimensions, souple mais solide et refermable facilement

 

Bon appétit !!!

La cuisine et la popote

 

Lors de la construction de votre module alimentaire vous avez fait des choix. Vous voulez réchauffer ou cuire vos aliments ? La réponse à cette question sera déterminante dans le choix concernant le moyen de chauffe dont vous aurez besoin.

Il existe différents moyens de chauffe, dont chacun possède des avantages et des inconvénients.

On peut globalement différencier 5 moyens de chauffe :

rechaud de randonnée

cuisiner en randonnée

– Le feu de camp
– Le réchaud à alcool (ou P3RS)
– Le réchaud à combustible solide
– Le réchaud à bois
– Le réchaud à gaz

Peu importe le réchaud que vous aurez choisi, il vous faudra un moyen d’allumage. Là encore, différentes solutions s’offrent à vous.
C’est le moment de constituer ce que l’on nomme « le kit feu ». Ce kit est d’une importance capitale, il doit vous offrir plusieurs possibilités pour démarrer ou allumer votre feu ou votre réchaud.
Vous devez être capable de produire une flamme quel que soient les conditions météorologiques (vent, pluie, neige…).

Dans ce kit on va trouver 3 catégories :
– L’amadou (l’aide au démarrage) :
Coton vaseliné, bois gras, allume feu, écorce de bouleau…
– Le starter :
Des allumettes (étanches de préférence), un briquet, un firesteel*
– Les petits plus :
Des petites bougies (anniversaire), bougies chauffe plat

Vous prendrez soin de ranger votre « kit feu » dans un contenant étanche (il serait dommage de manger froid parce que votre kit feu à pris l’eau).
Un kit feu de base revient à quelques euros.

* pierre à feu munie d’un grattoir produisant des étincelles

La popote

En plastique, en titane, rigide ou collapsable, le rayon cuisine pour randonneur est très vaste. Vous avez des ensembles de gamelles pour 10 € tout comme vous trouverez des popotes à 150 €.

Alors comment faire le bon choix ? Et bien tout simplement en adaptant votre module cuisine en fonction de votre module alimentation et de votre moyen de chauffe.

Voyons ensemble quelques possibilités :

1/ Les gamelles

– Le diamètre : doit correspondre à celui de votre réchaud
– Le volume: inutile d’avoir un volume de 2 L pour réchauffer un sachet de nouilles chinoises
– La matière : outre le côté nocif de l’aluminium, les matières anti adhésives facilitent le nettoyage et le titane réduit le poids

kit cuisine de randonnée

Module cuisine

2/ La vaisselle (bol, gobelet, quart, tasse…)

– La forme : bol ou gobelet ? Le bol est pratique pour les petits déjeuners, beaucoup moins pour une simple boisson
– Le volume : impossible d’utiliser un gobelet de 25 cl pour une soupe
– La matière : plastique ou métal ? Tout dépend si vous avez besoin de le passer au feu ou pas.
Pratique : la vaisselle collapsable (léger, prend un minimum de place, plus cher évidemment)

3/ Les couverts

– Le conditionnement : tout en un ou séparé ? Tout dépend si vous devez utiliser la fourchette et le couteau en même temps ou pas.
– La matière : plastique ou métal ? Le plastique est plus fragile, le métal est plus lourd. Le titane est
peut être le compromis des deux, mais attention au prix.

                                                                   

 

4/ Les accessoires utiles

– Pour cuisiner
Une cuillère en bois (pour ne pas rayer). Choisissez un manche assez long si vous utilisez les repas lyophilisés.
Une pince de préhension si vos gamelles n’en possède pas. (Un petit multitool* peut être une bonne alternative)
– De quoi nettoyer et essuyer votre vaisselle
une petite éponge et un torchon
Astuce : des dosettes de liquide vaisselle biologique (à faire soi même avec des pailles)
– Pensez à vos déchets
Des petits sacs poubelles
Des essuies tout (ou serviettes en papier)

*couteau multifonction

L’eau

Le module eau est sans doute l’un des plus complexe. En plus d’être essentielle à la vie, vous aurez probablement constaté que la majorité de votre alimentation nécessite de la chauffer ou de la faire bouillir.
Il va donc falloir adapter votre volume d’eau emporté, ce qui implique de connaître votre consommation théorique pour la cuisine et d’y ajouter la quantité nécessaire à votre consommation personnelle.
En conditions normales l’être humain doit consommer au minimum 1 l d’eau par jour. En randonnée (et surtout par temps chaud) cela peut être beaucoup plus.

Pour exemple, on peut facilement imaginer 2 l d’eau pour consommation personnelle + 1 l pour la cuisine, ce qui nous fait un total de 3 l pour une randonnée de 24 h.
Attention l’eau c’est lourd. Si l’ une des solutions est d’en transporter moins et de recharger en chemin, repérez judicieusement vos points de ravitaillement avant votre départ (car il arrive parfois que l’on ne croise pas une seule source pendant plusieurs kilomètres).

D’autre part, cette eau il va bien évidemment falloir la transporter, pour cela voici différentes solutions :

LES CONTENANTS

Privilégiez des contenants transparents (ce qui permet de visualiser le niveau restant).
Préférez également des contenants d’une capacité multiple de 1 L (plus pratique quand vous utiliserez des pastilles de purification d’eau, celles-ci étant adaptées pour traiter 1L d’eau).

kit eau randonnée

Module eau

– Les bouteilles plastiques :
Elles sont gratuites et légères, renouvelables facilement, en revanche elles nécessitent un rangement judicieux (car fragiles).
– Les gourdes solides :
On en trouve à partir de 5 €. Elles sont plus lourdes mais également plus résistantes aux chocs. Ces gourdes nécessitent un nettoyage régulier qui se révèle être assez simple.
Certaines ont le petit plus d’être graduées ce qui facilite votre cuisine.
– Les gourdes souples ou poches à eau :
Leur tarif de départ commence à 12 €, elles sont très légères comparé à leur capacité d’emport. Ses poches à eau ont la particularité de vous faciliter l’accès à votre eau durant la marche . En revanche il y a un risque de perçage (à protéger correctement et à manipuler avec précaution). L’entretien est plus fastidieux, cependant il existe quelques astuces.

Si vous choisissez une poche à eau :

  1. Préférez celles possédant une ouverture à réglette, beaucoup plus facile à nettoyer.
  2.  Cet élément sera un critère déterminant dans le choix de votre sac à dos.

LES SYSTÈMES DE FILTRAGE

 

Nous ne sommes ni des chameaux ni des ânes, il va donc être difficile de transporter de l’eau en quantité suffisante pour des randonnées dépassant les 24 h. Une fois vos réserves de départ épuisées il va falloir les recharger.
L’eau dans la nature n’étant pas forcément potable, nous allons donc avoir besoin d’un système de filtrage.

kit paille filtrante

Kit de filtration d’eau

Pour cela 2 systèmes :

  • Le 1er étant le système basique qui consiste à filtrer l’eau à l’aide d’un morceau de tissu ou d’un filtre à café, que l’on traitera ensuite grâce à des pastilles de purification d’eau (vendues entre autre en pharmacie, souvent sur commande).
    Ce système revient à environ 1 €/ l d’eau filtrée
  • Le 2ème, beaucoup plus facile à mettre en œuvre consiste à utiliser une paille filtrante (vendue entre 10 et 40€ selon les modèles)
    La paille filtrante, une fois vissée sur votre gourde (ou gourde souple) vous permet de boire directement l’eau « sale » après y avoir ajouté une pastille de purification.
    Ce système revient à environ 0,70€/  l d’eau filtrée.
    Un petit investissement de départ à considérer comme rentabilisé sur la durée.

 

L’orientation et l’administratif

Partir en randonnée c’est aussi revenir. Pour cela on doit savoir où l’on est et où l’on va. Cela paraît logique mais ce n’est pas toujours aussi simple que l’on pourrait le penser.
Vous avez imprimé l’itinéraire du circuit que vous souhaitez effectuer, vous savez quelles balises suivre et à quel endroit vous devez bifurquer. C’est très bien mais cela ne suffit pas.
La nature est vivante, elle se transforme, elle évolue. Par conséquent vous n’êtes pas à l’abri d’un sentier barré pour cause d’éboulement ou d’une balise disparue.
Pourtant il va bien falloir trouver votre chemin.

Nous allons donc emporter le matériel nécessaire.
Reprenons nos 3 catégories :

matériel d orientation

Module orientation

LES BASIQUES

  •  L‘itinéraire papier de votre circuit rangé dans une pochette étanche (un protège document scotché peut très bien faire l’affaire).
    A noter : Les protèges cartes vendus dans le commerce sont très souvent munis d’un tour de cou que je vous déconseille d’utiliser. En effet le fait d’avoir une cordelette autour du cou peut très vite s’avérer : gênant (parce que ça s’emmêle dans les sangles ), dangereux (risque d’étranglement en cas de chute).
  •  La carte IGN au 1/25 000 ème (ou copie couleur) de votre secteur de randonnée. Comptez 12€ la carte
    Cette carte est indispensable en cas de sentier impraticable pour trouver une alternative.

boussole d' orientation

Boussole

  •  Une boussole mécanique
    Essentielle pour pouvoir se repérer. Mécanique et non électronique car non consommateur d’énergie. Comptez environ 10 € pour cet accessoire.
    Il est bien évident qu’il sera nécessaire d’apprendre à utiliser votre boussole.
    Voir les bases de l’utilisation d’une boussole
  • Une montre
    Il est essentiel d’avoir un repère temporel ne dépendant pas d’une batterie.

LES PRATIQUES

– Des jumelles ou binoculaires
– Les applications pour smartphone ( GPS, Tracker, altimètre, boussole…) Si vous choisissez d’utiliser certaines de ces applications prévoyez une batterie nomade car elles sont énergivores.
– Les guides de poche (champignons, plantes, survie…)

LES CONFORTS

– Le GPS de randonnée

– On pourra également ajouter du matériel de loisir : appareil photo, caméra….

Parlons maintenant de l’administratif.

Vous pouvez être amené à devoir présenter vos papiers en cas de passage de frontière ou à la demande d’un garde forestier.
Vous devez donc toujours avoir vos papiers sur vous, à savoir :

kit administratif pour la randonnée

Module administratif

– Votre CNI (Carte Nationale d’ Identité) ou à défaut la copie couleur recto verso.
– La copie de votre attestation de sécurité sociale (à défaut de votre carte d’assuré social). La copie de la carte en elle même ne sert à rien.

On ajoutera :
– Vos clés de voiture rangées dans un petit sac congélation pour protéger la télécommande.
– Du papier, un petit crayon et un marqueur permettant de prendre quelques notes sur le parcours (repère, point d’intérêt…) et pouvoir laisser un message ou des indications sur n’importe quel support.
– Un peu d’espèce (ex : 20€) histoire de pouvoir s’offrir un rafraîchissement ou un chocolat chaud si notre parcours croise un café.

L’outillage et les réparations

Avertissement : le port de couteaux, de scies et autres outils est réglementé. Certains d’entre eux sont considérés comme étant des armes blanches. Leur port et leur usage sont soumis à la responsabilité de leurs usagers.

Cependant, afin d’éviter certaines situations handicapantes il peut être bien utile de posséder un minimum de matériel vous permettant d’effectuer des réparations de fortunes et ainsi de terminer votre parcours dans les meilleures conditions possibles. Le tout est d’adapter votre matériel en fonction du reste de votre setup*, de l’utilisation que vous allez avoir et de votre type de sortie. Vous n’aurez pas les mêmes besoins sur une randonnée classique que sur un montage de camp. A vous d’orienter vos choix.

Pour toutes les sorties on va retrouver, LES BASIQUES:

  •  Un couteau pliant toujours à portée de main.

Le choix très vaste (Attention au tarif).
Parmi les critères de choix on trouvera: la qualité de la lame, le grip, la taille du manche et la sécurité ouverture/fermeture.

kit outils minimum en randonnée

L’outillage de base en randonnée

  • Un multitool (la pince multifonction)
    Le plus important étant la pince, le reste n’étant que des options.
    A vous de voir ce qui vous intéresse, ce qui va vous servir et quel prix vous êtes prêt à dépenser pour ce produit.
  • Du cordage (8 à 10 m minimum)
    Vous offre le moyen de monter un abri , un tarp, un hamac, remplacer un lacet…
    Corde ou cordelette d’escalade, de camping, paracorde….
    A vous d’adapter en fonction de l’ensemble de votre matériel.
    – Des colliers de serrage en plastique
    Ils offrent le moyen d’attacher presque n’importe quoi, prennent très peu de place et sont très légers.
    Scotch armé de réparation (Duke tape)
    Il offre un moyen de fixation/réparation solide et étanche.
    Il est inutile d’emporter le rouleau de 50 m qui pèse 500 g, l’astuce consiste à enrouler quelques mètres autour d’une carte en plastique, sur laquelle on peut également ajouter du scotch d’électricien.

 

Viennent ensuite  LES PRATIQUES :

– Le couteau à lame fixe

   A adopter en fonction de son utilité (montage de camp, découpe du bois pour le feu…)

Les critères seront: la taille et la qualité de la lame, le type de semelle, la préhension du manche et la garde. 

l'outillage en randonnée

Module outillage

– Une paire de gants
Gants multi travaux ou anti coupures vous permettant de vous protéger les mains et de réduire le risque de blessure.
Essentiel si vous manipulez des outils tranchants.

– Les accessoires de rechange spécifiques à votre matériel
Pinces, crochets, élastiques, mousquetons…

Et enfin, LES CONFORTS:

– Le kit « répare tout » contenant :

De la ficelle de cuisine, du fil de fer, quelques trombones, du fil de couture, du fil de pêche, des aiguilles, quelques boutons, des élastiques …

outillage de confort en randonnée

Kit outillage confort

 

L’ensemble dans un petit sachet étanche type sac congélation à zip, minimaliste et léger, pourquoi s’en priver ?
– Un sachet de ramassage.
Il s’agit d’un sac plastique costaud, refermable et muni d’une petite cordelette.
Bien pratique pour ramasser des noix, des châtaignes, des myrtilles ou du petit bois sec.
L’astuce étant de le concevoir soi-même.
– Une pelle pliante (Ap** de 8€)
Vous offre la possibilité de pouvoir dégager le sol facilement afin de vous installer, vous ou votre tente.
Pratique également pour creuser un foyer pour le feu ou tout simplement enterrer vos besoins naturels.
– Une scie pliante ( De 8 à 80 € selon les modèles)
Vous offre la possibilité de découper du bois plus rapidement et plus gros.
Article pratique si vous choisissez de faire un feu de camp ou de construire un abri.
Le critère de choix dépendra essentiellement de la section de bois que vous voulez couper ainsi que de la fréquence d’utilisation.

Attention à ce module. Sa conception est extrêmement variable d’un randonneur à un autre. Pouvant passer de 60 € pour 1kg à 300 € pour 3 kg.

*Configuration
** A partir de

S’abriter en randonnée

S’installer dans une clairière pour le repas de midi ou dormir à la belle étoile est l’une des meilleures façons de profiter de la nature, malheureusement les conditions météo ne sont pas toujours au rendez vous. Vous allez donc devoir prévoir un moyen de vous abriter en cas de vent ou de pluie. En effet allumer un réchaud par temps venteux ou pluvieux relève parfois de l’exploit et peut vous faire perdre un temps précieux, quant à dormir dans la nature sous la pluie c’est impensable.

Vous allez donc devoir réfléchir à une solution d’abri qui convienne à vos sorties. La solution la plus simple est d’utiliser les éléments mis à votre disposition : les refuges, les miradors, les surplombs des rochers, les abris datant du passé….
Mais vous ne pouvez pas vous permettre d’en être dépendant. Il est rare qu’une grosse averse vous surprenne juste à proximité d’un refuge. On va donc utiliser du matériel simple permettant de s’abriter n’importe où.

De manière simple on peut diviser les moyens en 2 catégories : le tarp ou la tente.

Commençons par :

LE TARP

 

Le tarp est une toile tendue en polyéthylène* ayant une grande résistance aux intempéries .

On utilisera donc :
– Une bâche de sol permettant soit de s’asseoir ou de s’isoler pour dormir.
– Une bâche de tarp permettant différents montages (auvent, teepee, canadienne…) pour s’abriter de la pluie/neige ou du vent.

Pensez à adapter la taille de votre bâche en fonction des montages que vous souhaitez réaliser.

 

Accès aux téléchargements

On pensera également aux différents accessoires de montage : piquets, cordages, pinces, œillets, mousquetons, anneaux….
Vos accessoires seront complétés par votre module Outillage et réparations.

* résine thermoplastique résistante aux agents chimiques et aux chocs

La 2ème solution pour s’abriter (surtout pour la nuit) réside dans : LA TENTE DE BIVOUAC

 

tente de bivouac

tente dome

La tente se posant au sol vous permet d’être moins exposé aux intempéries (à condition de l’installer à un endroit judicieux).
Choisir sa tente de bivouac n’est pas chose facile. Il existe des dizaines de modèles dont les prix évoluent de 40 à 400 € en fonction des caractéristiques recherchées.
Les principales caractéristiques sont :
– Les dimensions : Choisissez les en fonction de votre stature et de l’utilisation que vous en faites (juste dormir ou besoin d’espace pour vous changer).
– Son poids : Cet élément va forcément alourdir votre sac, à vous de voir quel bénéfice ou quel confort vous souhaiter obtenir.
– Son conditionnement : Les arceaux ou piquets sont des éléments difficiles à intégrer dans un sac, réfléchissez à la façon dont vous allez transporter votre tente. Vous serez peut être obligé de la fixer à l’extérieur de votre sac.
– La matière : Toile simple ou double couche, anti UV, déperlante, étanche… à vous de choisir en fonction des saisons d’utilisation.
– Son système de montage : La facilité et la rapidité de mise en œuvre est également à prendre en compte.
– La forme : Là encore le choix est vaste (dôme, tunnel, tepee, canadienne…)

tente canadienne

tente de bivouac

Afin de sécuriser au mieux l’arrimage de votre tente prévoyez des piquets adaptés à la nature des sols rencontrés.
Il existe des piquets ultralight* et phosphorescents (que l’on pourrait appeler les piquets intelligents) vendus en moyenne à 12 € les 2.

Maintenant votre tente choisie vous allez devoir réfléchir à son transport, rangée à l’intérieur ou à l’extérieur de votre sac ? Vous aurez peut être besoin de sangles supplémentaires.
Tout comme le module eau votre tente sera un élément déterminant concernant le choix de votre sac de bivouac.

 * ultra léger

Comment dormir en randonnée ?

dormir en hammac

hammac en randonnée

Quoi de plus agréable que de se réveiller dans la nature aux chants des oiseaux ou à la lumière du soleil ?Bien dormir en randonnée est essentiel à la récupération physique, c’est pourquoi ce module requiert toute votre attention. Il comporte des produits lourds, volumineux et chers vous devrez par conséquent l’optimiser au maximum.

Il existe 3 solutions possibles pour dormir en randonnée : en refuge, en hamac ou sous la tente.
Voici un tableau récapitulatif simple, des avantages et inconvénients de ses 3 moyens : 

Avertissement : avant de vous installer vous prendrez soin de vous renseigner sur la réglementation du terrain concernant le campement, le bivouac et les feux.

Voir les informations sur la réglementation

 

tente de randonnée

Tente de bivouac

En fonction de l’abri choisi vous allez adapter votre

 MATÉRIEL DE COUCHAGE

 

 LES 3 SYSTEMES POUR DORMIR EN RANDONNEE

LES MATELAS

Adaptez la taille de votre matelas en fonction de votre stature.
Il existe différentes versions en longueur et largeur, ce qui diminue ou augmente le poids et le volume.
Sachez que les matelas mousse se recoupent très facilement quant aux autres ils existent également en version 3/4.
A vous d’adapter en fonction de votre utilisation et du confort recherché.

 

Matelas de randonnée

Matelas 3/4 auto gonflant

LES SACS DE COUCHAGE

Même si en journée les températures sont agréables voire chaudes, la nuit dans la nature les températures sont fraîches et l’on ne peut pas échapper à l’humidité de la rosée du matin. Pour ces raisons on choisira un modèle sarcophage permettant ainsi de conserver notre température corporelle au maximum.
En matière de sacs de couchage le 1er choix à faire sera celui de la matière: plume ou synthétique ?
Voici les principales caractéristiques :

couchage de randonnée

Module de couchage

 

Les critères d’achat seront donc en fonction des conditions climatiques de vos sorties (météo et T°).
Tout comme pour les matelas faites également attention aux dimensions.
Ne confondez pas T° de confort et T° limite.
La fourchette de prix pour les sacs de couchage varie entre 40 et 400 €.

Astuce : Concevoir un système de couchage multicouches (ex : drap de sac + duvet+ couverture), adaptable plus facilement aux différentes situations climatiques plutôt que de multiplier les achats. (La collection de sacs de couchage prend de la place).

Votre sac de couchage sera lui aussi déterminant quant au choix de votre sac à dos. D’autant plus si vous avez plusieurs systèmes de couchage différents.

 

UN OREILLER POUR LE CONFORT ?

Afin de protéger vos cervicales il est conseillé d’utiliser un oreiller. Préférez un oreiller de voyage léger et peu volumineux.
Vous pouvez également bourrer la housse de votre duvet avec des vêtements et vous en servir comme oreiller, ce qui aura le mérite de les garder au chaud .

Avec notre module de couchage on emportera également un grand sac poubelle épais. Celui ci nous permettra de ranger la toile de tente mouillée sans altérer le reste de notre matériel.
Le grand sac poubelle possède de multiples qualités ce qui fait de lui un produit indispensable, léger et peu coûteux dans un sac de randonnée.

Le Sac à Dos de randonnée

Pré-requis : la conception de l’intégralité des autres modules.
En effet contrairement à ce que l’on pourrait penser l’acquisition de votre sac de randonnée doit se faire en dernier. Comment est-il possible de choisir un sac à dos sans savoir ce que l’on veut y ranger ?

Maintenant que vous êtes en possession de l’ensemble de votre matériel il est temps de choisir votre sac de randonnée.
Le choix de votre sac se fera en fonction de vos sorties, du matériel choisi et de la manière dont vous souhaiter vous organiser durant vos randonnées.

QUELS SONT LES CRITÈRES POUR CHOISIR VOTRE SAC DE RANDONNEE ?

Sac tactique randonnée

Sac de randonnée

– Le type de sortie : à la journée, plusieurs jours, en refuge, en bivouac..
– Les volumes et formats de votre matériel : tente, sac de couchage, pelle….
– Le besoin d’un emplacement pour une poche à eau
– Le besoin d’un système d’attache extérieur permettant d’ajouter du matériel
– Le besoin de plusieurs compartiments pour organiser et retrouver votre matériel plus facilement.
– Le besoin de poches à accès rapide.
– Le besoin d’un système d’attaches pour bâtons, piolet (ou casque)
– Le poids de l’ensemble de votre matériel

Après avoir déterminé l’ensemble de ces critères vous pourrez visualiser le type de sac dont vous aurez besoin.
– Le sac fourre tout
– Le tubulaire
– Le type tactique militaire

Afin de vous lancer à la recherche du sac de vos rêves il va falloir en déterminer le volume. Prenez un grand sac poubelle et glissez y tout le matériel que vous souhaitez y ranger. Cela vous donnera une approximation relativement juste du volume.

Vous avez trouvé votre sac ? Vérifiez qu’il est adapté à vous et à ce que vous voulez en faire.
– Vérifiez son confort de portage.
Possède t ‘il une armature ? Est t’ elle amovible ? (pratique pour le nettoyage).
La forme et la largeur des bretelles est elle adaptée ?
Possède t’ il un dos respirant ? Une circulation d’air ? Des Mousses de confort ?
Vos hanches portant environ 50 % du poids de votre sac choisissez un modèle possédant une ceinture lombaire large et rembourrée.

– Vérifiez ses dimensions : est il adapté à votre stature et morphologie ?
Le haut du sac ne doit pas vous taper la nuque.
Le bas du sac ne doit pas non plus vous fouetter le postérieur (attention si vous attachez du matériel en dessous de votre sac)

-Les réglages :
Quels sont les réglages possibles ? Hauteur des bretelles, rappels de charge aux épaules et aux hanches.
Peut on modifier la hauteur de la sangle de poitrine ?
Possède t ‘il des sangles de compression ?

– Possède t’ il le quick drop ? (le système qui permet de détacher les bretelles par le bas en un clip)

– Les systèmes d’ouverture sont ils adaptés à votre matériel ? L’ouverture est t’ elle suffisamment large pour y glisser le plus gros de vos éléments sans vous battre ?

– Possède t’-il une housse de pluie ? Si ce n’est pas le cas ajoutez en une

– Est il possible de faire évoluer votre sac en fonction des différents types de sorties ? Ajouter des sangles, des pochettes, des mousquetons, une corde…

Quelques généralités :
Un sac de randonnée pour une journée : 20 à 30 L
Un sac de randonnée/ bivouac : 40 à 70 L

Attention : afin de protéger votre colonne vertébrale, le poids total de votre sac une fois chargé ne doit pas dépasser les 25 % de votre propre poids. La charge de confort étant de 20 %.

Voici un petit commentaire audio

vous présentant 5 conseils

pour réduire la facture

de votre setup matériel

0 Partages
Partagez
+1
Tweetez